Quoi et Qui ?

Soutenez la S.P.A. de votre région

MontceauDSC_0460Les SPA de France souffrent d’un manque chronique de moyens, ont des difficultés pour être soutenues des pouvoirs publics, et pâtissent d’une réglementation de plus en plus complexe.

Elles ne subsistent que grâce aux dons, legs et au soutien de bénévoles dévoués. N’hésitez pas à les encourager, elles ont toutes besoin de vous, même si elles n’’ont pas toutes les mêmes moyens pour combattre la souffrance animale.
Nombreuses sont les associations qui privilégient le sauvetage d’animaux au détriment d’une campagne publicitaire intéressée. Ce n’est pas parce qu’elles vivent dans l’ombre qu’elles ne méritent pas d’être soutenues.

Si vous voulez les aider, adressez vos dons à l’association la plus proche de votre localité. C’est votre interlocuteur privilégié en toutes circonstances.


80% des animaux en détresse sont accueillis par 260 refuges quasi inconnus du public

refuge lotois Douglas adoptéL'hiver est dur pour les animaux sans foyer et pour les refuges qui les recueillent.

Ces refuges, animés par de modestes associations locales, ont fait le choix de l'indépendance : ils n'ont aucun lien avec la SPA basée à Paris mais se sont regroupés au sein d'une Confédération des SPA (CNSPA), basée à Lyon, sous l'égide du roi des animaux !
Oscar, le chaton dont le supplice relayé sur Internet avait ému toute la France, avait été soigné par le refuge SPA Marseille-Provence, adhérent à la CNSPA.

Revers de l'autonomie, ces refuges doivent trouver par eux-mêmes les moyens pour payer croquettes, hébergement et soins vétérinaires pour plus de 180 000 animaux par an.
En plus de l'accueil des animaux abandonnés ou trouvés et des adoptions, certains de ces refuges font également office de maisons de retraite pour animaux âgés, accueillent chevaux et animaux de ferme ou animaux sauvages en détresse, prennent en charge les chats libres et protègent les animaux victimes de mauvais traitements ou d'actes de cruauté, tel Oscar.

A l'entrée de l'hiver, plusieurs refuges ont déjà souffert des conditions climatiques des dernières semaines et l'argent utilisé pour des réparations risque de manquer pour l'achat de nourriture.
Vous pouvez les aider : contactez le refuge près de chez vous pour lui proposer dons de croquettes, de pâtée, de couvertures, de jouets ou dons en espèces.


Réparties sur toute la France et les départements d’outremer, les SPA de France sont des associations indépendantes, regroupées au sein d’un organisme fédérateur parce qu’elles partagent des valeurs communes en matière de protection animale.

photo baux crise du logementCode de déontologie

Chacune de ces associations est dirigée par un président élu par une assemblée générale et soutenu par un conseil d’administration qui se réunit régulièrement. Les associations membres de la Confédération Nationale des SPA s’engagent à respecter un code de déontologie élaboré en 1985 et actualisé en 2013.

Des spécialisations différentes

A ce jour, il existe 260 associations réparties sur 95 départements situés dans l’hexagone et les DOM TOM. Il est possible de trouver plusieurs associations dans un même département : soit elles sont géographiquement éloignées, soit elles sont spécialisées dans des actions différentes. Un refuge pour chiens et chats se distingue évidemment d’une maison d’accueil pour chevaux réformés ou maltraités… Mais il s’agit chaque fois de protection animale…

Refuge ou maison de retraite ?

Riches de 461 000 adhérents, ces associations ont des activités qui touchent à de nombreux domaines de protection animale. Si certaines jouent à plein le rôle de refuge de proximité assorti de la gestion de la fourrière locale, d’autres ont opté pour des spécialités moins connues : les maisons de retraites pour animaux âgés, l’accueil des chevaux, des oiseaux ou des animaux de ferme. La gestion des chats libres est aussi une option difficile qui nécessite la maîtrise de l’identification des populations félines, de leur stérilisation et de leur suivi.

La spécificité de la région.

Chaque région a ses caractéristiques propres : l’une est plus rurale, l’autre plus urbaine. Les problématiques sont donc différentes. C’est pourquoi la notion de proximité est si importante. Il n’y a qu’en connaissant parfaitement sa région qu’on peut s’y rendre vraiment utile et développer une spécialité en rapport avec les besoins locaux.