Confédération Nationale des SPA de France Défense de l'animal - 260 refuges

Nos 260 refuges en vidéo « L’abandon d’un animal »

Un problème pénal et moral

3 avril 2018

D'un point de vue pénal « l'abandon » est un délit constitué par le seul fait de laisser son animal sans ressources, dans un espace public ou privé. Quelqu'un qui souhaite se séparer de son compagnon n'a que deux solutions. Soit le vendre ou le donner à une autre personne soit le céder à une association qui recueille les animaux.

Légalement, donner son chien à un refuge ou à une autre personne n'est pas un abandon : c'est une cession. Pourtant dans le vocabulaire de la protection animale, on utilise ce terme pour parler de ce renoncement car un animal, qu'on le veuille ou non, n'est pas un produit de consommation.

Dans mon tour des refuges, j'ai parfois rencontré des personnes exceptionnelles qui ont adopté une multitude de chiens, de chats, de chevaux ou d'oiseaux et qui sacrifient leurs vacances, leurs loisirs et leurs vies privées pour les entretenir et les protéger.

Mais tout le monde n'a pas cette force de caractère. Le défaut de vaccinations et de soins vétérinaires, le choix d'une nourriture inadaptée, l'isolement et le manque d'activité sont parfois le fruit de négligences mais aussi de situation d'urgence. Les salariés et les bénévoles sont régulièrement exposés aux drames de la précarité mais aussi aux abandons de convenance.

Travailler dans un refuge n'est pas toujours aisé. Pourtant les agents d'accueil des 260 refuges de la confédération savent souvent faire la différence entre un cas de force majeure et la mauvaise foi de quelqu'un qui veut se débarrasser de son animal sans raison valable.