Il tue le chat de son voisin… et s'étonne d'être convoqué à la gendarmerie « pour si peu »

  |  , , , , , ,

Tigrou, tué à coups de fusil par le voisin de son maitre

Tigrou, chat roux de 8 ans, a été tué par balle en mai 2016, dans les Bouches-du-Rhône.

Son crime : avoir traversé le jardin du voisin de son propriétaire.

Le voisin en question n'hésite pas une seconde quand il voit le chat à la limite de sa propriété : il prend son fusil, tire et l'abat. Tigrou, amené en urgence chez le vétérinaire, devra être euthanasié pour abréger ses souffrances.

Les maîtres de Tigrou, anéantis, s'adressent à la SPA des Baux de Provence, qui leur conseille de porter plainte et se porte partie civile à leurs côtés.

Mr. M., le tireur, est convoqué par les gendarmes auprès de qui il s'étonne d'être interrogé « pour si peu ».

Le Tribunal de Tarascon, par un jugement du 24 mai 2017, a estimé que ce « si peu » valait la confiscation de l'arme et le versement de près de 9 000 € en dommages et intérêts aux propriétaires du chat et à la SPA des Baux ainsi qu'en frais de justice.