De nombreuses questions concernant la relation animal et société restent sans réponse. Il faudra donc remonter jusqu’à la racine de l’histoire de l’homme et de l’animal pour trouver des explications concises. Une chose est sûre, les animaux sont des êtres vivants, car ils ont de l’ADN qui fonctionne de la même manière que celui de l’homme. Plus d’informations utiles dans cette page.

Historique et chiffres

Les relations entre l’homme et l’animal existent depuis la nuit des temps. Les personnes qui ont déjà lu l’Ancien Testament ne pourront pas dire le contraire. Noé a en effet réussi à sauver la vie de nombreuses espèces animales grâce à son arche au moment du Déluge. Or, le terme « animal domestique », désignant les animaux de compagnie, n’existait pas encore à cette époque. Il s’est démocratisé au début du XIXe siècle.

Au fil des années, l’homme s’est intéressé aux animaux d’élevage, notamment les bovins, qui sont devenus des victimes de la barbarie humaine. Ils sont exploités et maltraités par l’industrie de la viande jusqu’à aujourd’hui. Il en va de même pour les porcs, poulets, dindes, canards, moutons, chèvres et lapins. Environ 35 animaux sont abattus chaque seconde en France, soit 3,45 millions de tonnes de viande produites par an.

Relation homme et animal

Malgré la maltraitance animalière existant dans tous les pays du globe, la relation homme et animal a survécu. Il suffit de parler avec les personnes incapables de se séparer de leurs animaux de compagnie (chats, chiens, oiseaux, etc.). Inutile de rappeler que les maîtres-chiens de la police nationale travaillent en lien étroit avec de grands chiens. Ils peuvent se communiquer entre eux pour attraper des malfaiteurs. En d’autres termes, les chiens sont capables de reconnaitre la voix d’une personne. Il y a aussi le chien d’aveugle qui veille à la sécurité d’un non-voyant. C’est pourquoi cet animal est considéré comme le meilleur ami de l’homme.

Le statut de l’animal

Le Code civil prévoit que le statut juridique de l’animal est « un être vivant doué de sensibilité ». D’autre part, l’être humain est capable de développer des liens d’attachement avec des animaux. Certaines personnes les considèrent d’ailleurs comme des partenaires de vie irremplaçables. Suite à la mort d’un animal de compagnie, il est tout à fait normal d’éprouver un sentiment de tristesse et d’angoisse. Bien entendu, c’est le maître qui s’occupe de l’animal : il le nourrit, le soigne et le réconfort. Le chien, de son côté, donne de l’affection (câlin) à son maître, et peut même lui rendre service de temps en temps. C’est ainsi que le lien d’amitié entre le chien et l’homme est né.

Urgences vétérinaires

D’un point de vue juridique, l’animal est considéré comme un être vivant doué de sensibilité. Il ne s’agit donc pas d’un bien qui appartient à une personne physique. Tout comme l’homme, l’animal peut attraper des maladies. Il peut également subir des accidents pouvant entrainer des blessures (mineures ou graves). Le propriétaire a le devoir de soigner son animal domestique. Afin d’augmenter les chances de survie de la bête, il est plus judicieux de l’emmener chez le vétérinaire.